logo site
Terre des Hommes – Délégation du Doubs
Pour le droit à vivre dignes

Site de la délégation départementale du Doubs (DD25) de l’ONG Terre des Hommes France

logo article ou rubrique
Atelier droit à l’environnement
Respecter la terre c’est respecter les hommes
Article mis en ligne le 26 juillet 2018

par Manon Lambert
logo imprimer

Manon Lambert

L’atelier environnement qui aurait dû être assuré par les Petits Débrouillards a été annulé l’avant-veille de la Form’action. Nous étions dans l’impossibilité de trouver un-e autre intervenant-e.

Manon Lambert s’est proposée spontanément pour assurer l’atelier au pied levé. Ce fut un atelier d’échanges très riche sur la problématique de la responsabilité humaine sur l’avenir de la planète.

Le lien entre homme et environnement

Tout d’abord, nous avons envisagé le lien entre homme et environnement

  • l’impact de l’homme sur son territoire, localement et globalement
  • l’impact induit par notre consommation, en particulier la consommation des produits proposés par les multinationales ; lorsqu’on entre dans un magasin, on ne réfléchit pas du tout à l’impact environnemental de notre consommation, par exemple les transports nécessaires pour mettre ces marchandises à notre disposition
  • les limites du progrès, si on envisage la survie de l’espèce

Préserver l’environnement, c’est préserver l’homme

Définir les biens communs

Il convient de définir les biens communs qui ont été évoqués dans la présentation de Madame Vignot, pour préserver les générations futures : quel avenir veut-on leur proposer ?

Les ressources ne sont pas inépuisables

Il faut éviter d’impacter des ressources qui ne sont pas renouvelables.

Les multinationales accaparent ces ressources pour les vendre à ceux qui peuvent les acheter et en tirer des profits financiers gigantesques sans tenir compte du bien commun.

Cette exploitation démesurée des ressources a des conséquences irréparables sur le climat, la biodiversité, provoque des catastrophes et par voie de conséquence les migrations climatiques et /ou économiques.

Au Guatemala, l’eau d’une rivière après son passage dans une usine
Photo Terre des Hommes

Que faire ?

Comment construire un monde durable, face aux positions défendues par ceux qui détiennent le pouvoir, et qui sont d’abord motivés par leurs intérêts personnels et financiers ?

Il convient de stopper l’exploitation intensive des ressources et d’agir selon le principe de précaution, de repenser les normes qui ne sont pas adaptées à une gestion environnementale avec pour objectif : Partager équitablement les ressources

Action individuelle : du consommateur au consom’acteur.

A titre individuel, il faut consommer autrement. Chacun peut agir en devenant un « consom’acteur » c’est à dire en étant conscient de ce qu’il achète.

Quelques exemples

  • Éviter les denrées alimentaires industrielles : gâteaux notamment au goûter produit avec de l’huile de palme non durable
  • Éviter les produits avec suremballages

développer une consommation plus raisonnée :

  • bio
  • locale
  • utiliser à la maison des produits ménager non polluants, ou les fabriquer soi-même
  • en ville, le développement de jardins partagés
  • réduire ses déchets par le compostage
  • éviter des produits suremballés (les emballages génèrent de la pollution, lors de leur fabrication et lors de leur retraitement)
  • pour accompagner le citoyen dans sa démarche, le service public se doit de montrer l’exemple

Action collective : lutter pour l’intérêt général

  • Lutter contre le repli qui privilégie l’intérêt personnel et financier, lutter pour l’intérêt général.
  • Lutter contre les OGM car ils sont dans notre assiette par l’importation de céréales pour nourrir les animaux afin de produire de la viande, du lait, des œufs…
  • Lutter contre l’obsolescence programmée.
  • Exiger la diminution du suremballage.
  • Exiger de l’information face aux produits que nous consommons : par un code couleur sur les étiquettes de produits alimentaire ; donner aussi la provenance des matières premières et pas seulement le lieu de fabrication ; créer ainsi plus de transparence entre les consommateurs et les industries de transformation
  • Lutter contre par la publicité, qui place l’homme dans une attitude de dépendance vis à vis de produits néfastes. On ne doit pas pousser l’homme à sa propre destruction. Le commerce est organisé d’une façon qui incite à acheter des produits, certes peu chers, mais polluants.

Action politique : Promouvoir la conversion écologique.

  • Interdire la vente de produits phosphatés : l’accumulation de phosphate détruit la biodiversité des zones humides
  • Répartir l’eau potable : l’eau comme bien commun à respecter Voir [1]. Si une industrie la dégrade elle doit payer : on ne doit plus pouvoir polluer en toute impunité.
  • Développer les énergies renouvelables et la proximité des ressources ; remettre en cause l’utilisation de l’énergie nucléaire
  • Les services publics doivent prendre les devants, aider et prôner la conversion écologique.

Éducation de tous

Le savoir est un bien commun

On ne peut se contenter de rechercher une réponse technico-pratique. S’il est difficile de maîtriser l’environnement il faut trouver une réponse à l’écocide croissant.

Le savoir est un bien commun, qui doit être équitablement distribué : la vérité ne doit pas être cachée, et tous les peuples ont un droit à la vérité.

Il est important d’éveiller les consciences, afin que tous agissent sur le terrain d’ensemble : que chacun fasse sa part. En agissant dès maintenant une minorité peut convaincre la majorité avec un impact positif.

Comment mettre le citoyen en alerte ?

Comment mettre le citoyen en alerte ? Par des débats publics comme celui d’aujourd’hui, à entrée libre, ouvert à tous, qu’il faudrait mener plus régulièrement encore, sur des sujets plus précis : gaspillage alimentaire dans les cantines des écoles, l’usage de produits ménagers naturels etc..

Les enfants sont éveillés sur les problèmes que le monde rencontre, il faut développer en eux et chez leurs parents les moyens et la confiance pour le changement. On peut par exemple initier les enfants au tri des déchets pendant le goûter, les sensibiliser au gaspillage alimentaire

http://a142.idata.over-blog.com/1/37/01/11/Numero-12/Abeilles-en-danger.jpg

Respecter la terre c’est respecter les hommes

Face à l’écocide, il faut établir un principe de conduite face à la nature : 50 % des espèces sont en déclin, une limite est dépassée. Face au déni, à l’évitement de la question, il faut rappeler que respecter la terre c’est respecter les hommes, renforcer les liens sociaux et le vivre ensemble

Notes :

[1Voir exposition : Le droit à l’eau. http://terredeshommesdoubs.org/L-eau-le-droit-a-l-eau




Calendrier

Évènements à venir
10
décembre
2018
horaire du lundi 10 décembre 2018 à partir de 10h00
au dimanche 16 décembre 2018 jusqu'à 19h30

15
décembre
2018

17
décembre
2018
horaire du lundi 17 décembre 2018 à partir de 14h30
au lundi 24 décembre 2018 jusqu'à 19h00
Terre des Hommes France
Délégation du Doubs
Centre Pierre Mendès France
3 rue Beauregard, 25000 Besançon


Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL-V3
Version : 4.1.25